INFORMATIONS SUR LES ÉTATS MEMBRES

vers un nouveau modèle de coopération internationale en matière de formation judiciaire

Le Réseau euro-arabe de formation judiciaire (REAFJ) fait progresser le rôle du développement de la capacité judiciaire en tant que principal clé pour la souveraineté de la loi

S. E Juge Dr. Nawal M. Kh. Al-Jawhari,

directeur de l’Institut judiciaire de Jordanie et secrétaire général de REAFJ, possède plus de 35 ans d’expérience dans le domaine judiciaire, et est membre du Conseil judiciaire jordanien. Elle joue un rôle clé en rassemblant les organisations judiciaires multilatérales avec un accent sur la consolidation de la coopération judiciaire internationale pour mettre en œuvre des outils de formation qui facilitent la diffusion des connaissances et l’échange d’expertise entre tous les États membres euro-arabes.

La coopération judiciaire en matière de formation entre pays européens et pays arabes a toujours été consolidée par des traités et accords internationaux, soit bilatéraux ou multilatéraux. Un soutien supplémentaire à nos systèmes judiciaires euro-arabes peut être abordé plus efficacement en reliant les écoles nationales et les instituts spécialisés dans les questions de formation judiciaire, travailler ensemble de manière décentralisée et formelle pour faciliter la mise en œuvre pratique d’un cadre international de formation à la coopération judiciaire et accélérer le mécanisme d’appui à la formation de la communauté judiciaire. C’est pourquoi REAFJ a été créé pour coopérer de manière plus régulière par le biais de points de contact; qui sont des juges, des procureurs ou d’autres praticiens des autorités judiciaires nationales. En conséquence, les points de contact REAFJ bénéficient d’un accès direct aux systèmes judiciaires nationaux au sein du réseau à l’échelle mondiale. Les États membres s’efforcent d’améliorer leurs ressources pour coopérer et partager leurs progrès avec d’autres pays, pour fournir des informations accessibles et directes sur la formation nationale, tout en simplifiant les procédures de coopération en matière de formation judiciaire internationale et en établissant des outils de formation efficaces qui favorisent l’échange de connaissances et d’expertise internationales. Parallèlement, les points de contact de tous les États membres présentent les mécanismes, outils et programmes de formation les plus avancés et les adaptent à la réalité de chaque communauté judiciaire des États membres au sein du Réseau euro-arabe de formation judiciaire, évaluer l’adaptation des structures existantes aux progrès méthodologiques et technologiques communs en matière de formation. A travers divers ateliers et réunions organisés jusqu’à présent, les résultats ont été extrêmement positifs, établissant un catalogue de recommandations, de bonnes pratiques et jetant les bases d’une mise en œuvre réussie d’un outil international pratique en matière de formation judiciaire, lorsque les systèmes nationaux de formation judiciaire sont adaptés à l’application de la stratégie et du plan de formation de REAFJ. Il s’agit d’une tâche difficile et ambitieuse qui est la pointe de l’iceberg lorsqu’il s’agit de déployer des mesures de formation collatérale, des réunions et une assistance spécialisée, qui ont toutes été facilitées en permettant le traitement de nombreux autres actes de coopération internationale en matière de formation judiciaire, déterminer les besoins futurs en matière de soutien des points de contact et des représentants officiels nationaux.

Dans ce contexte, je suis heureux d’exprimer ma reconnaissance aux Représentants officiels et aux Points de contact et de souligner l’ouverture et l’excellent travail des institutions et des autorités de nos 13 États membres à REAFJ, qui s’engagent fermement à qualifier les systèmes, les méthodes et les outils de formation nationaux existants au moyen d’un mécanisme de coopération moderne et avancé dont l’objectif ultime est de soutenir la coopération internationale et de fournir les connaissances judiciaires les plus rapides et les plus efficaces.

Vous souhaitez en savoir plus sur les États membres, les systèmes judiciaires nationaux et les structures nationales de formation?

Cliquez sur le drapeau de chaque État membre sur le côté droit

MÉCANISME DE TRAVAIL

Organes administratifs du réseau

Le réseau comprend une assemblée générale, un conseil d’administration et un secrétariat.

Assemblée générale

L’Assemblée générale est composée de représentants des institutions de formation judiciaire mentionnées à l’article 5 paragraphe 1 ci-dessus. Il se réunit une fois par an, sur convocation du Président du Conseil d’administration, dans l’un des pays de ses membres, en alternance entre la Ligue arabe et l’Union européenne. Une assemblée générale extraordinaire peut se tenir à la demande des deux tiers de ses membres ou du Conseil d’administration. Les modalités de notification des réunions sont déterminées dans les règlements administratifs.

L’Assemblée générale est présidée par le Président du Conseil d’administration.

L’Assemblée générale est autorisée à modifier les statuts. L’Assemblée générale adopte les statuts, le budget, le calendrier des activités et les états financiers.

L’Assemblée générale est autorisée à déterminer la politique générale du Réseau. L’Assemblée générale élit parmi ses membres les membres du Conseil d’administration. L’Assemblée générale décide à l’unanimité si le Réseau rejoindra d’autres réseaux de formation judiciaire.

L’Assemblée générale peut constituer des commissions et des groupes de travail sur des sujets spécifiques liés aux activités ou à l’organisation du Réseau et nommer les membres de ces commissions et groupes de travail.

Quorum et votes au sein de l’Assemblée générale

Les députés ont un vote. Si plusieurs députés appartiennent au même pays, tous les députés ont un seul vote.
Les décisions de l’Assemblée générale sont prises à la majorité simple des suffrages exprimés par les membres qui sont à jour de leurs cotisations et présents ou représentés.
Les modifications des statuts et la dissolution du Réseau ne peuvent avoir lieu que si elles sont approuvées par au moins deux tiers des pays du Réseau.
Le vote par procuration est autorisé dans les conditions prévues par les règlements administratifs.
Le procès-verbal et les décisions de l’Assemblée générale sont communiqués à tous les membres.

Conseil d’administration

Le Conseil d’administration est composé de 10 (dix) membres élus par l’Assemblée générale : 5 (cinq) au nom des Etats de la Ligue arabe et 5 (cinq) au nom des Etats de l’Union européenne.
Le conseil d’administration a un mandat de deux ans.
Le Conseil d’administration élit, parmi ses membres, un représentant de chacun des deux groupes de pays, ces groupes correspondant aux pays de la Ligue arabe et aux pays de l’Union européenne, ces représentants agissant alternativement en qualité de président et de vice-président pour un mandat d’un an. En cas d’égalité des voix, le président a voix prépondérante.

Le conseil d’administration est responsable de l’administration générale du réseau. Son président est autorisé à signer les documents et à représenter le Réseau. En cas d’imprévu empêchant le président d’exercer ses fonctions, le vice-président prend sa place. Le Conseil se réunit au moins une fois par an, dans le pays de l’un des États membres, dans les conditions déterminées par les statuts.

Secrétariat

Le Secrétariat, un poste occupé par l’Institut Judiciaire de Jordanie, met en œuvre, sous l’autorité du président du Conseil d’Administration du Réseau, les activités entreprises par le Réseau. Il est chargé de coordonner les activités du Réseau, de communiquer les informations aux membres et de fournir un soutien pratique lié à ses activités.

Membre, adhésion et retrait

En tenant compte des règles, des traditions juridiques et de la culture ainsi que de la structure interne de chaque État, des institutions publiques (telles que les écoles ou les entités nationales, les autorités centrales) qui sont spécifiquement responsables de la formation des juges dans les États membres de l’Union européenne et les États membres de la Ligue arabe peuvent devenir membres du Réseau Les signataires de ces statuts qui remplissent ces conditions sont des membres à part entière.

Des organisations internationales et d’autres réseaux participant à la formation judiciaire peuvent être invités à y participer à titre d’observateurs.

En cas de manquement grave à ses obligations ou si une institution ne répond plus aux critères d’adhésion, il peut être décidé de mettre fin à son membre.

Dans tous les cas, un membre du Réseau peut se retirer à la condition de notifier préalablement sa décision au Conseil.

Les décisions d’adhésion au réseau en tant que membre ou observateur ainsi que les décisions d’expulsion sont prises par l’Assemblée générale sur avis du Conseil d’administration.

Financement et budget

Le budget est présenté par le Conseil d’administration à l’Assemblée générale.

Il comprend :

Dans les fonds reçus :

  • les contributions des membres;

  • les subventions de tout type;

  • les dons et les legs;

  • Tous les autres fonds autorisés par l’Assemblée générale.

En dépense :

  • Coûts d’équipement et d’exploitation du réseau.

Le budget du Réseau est géré conformément aux conditions énoncées dans les règlements administratifs.

Last Updated mars 19, 2021